Raël: «Vive la Catalogne libre !»


02 oct., 2017
 Aucun    Europe

descolonizacion.org.jpg

Raël exprime sa compassion aux catalans, ainsi que sa consternation face à l’attitude colonialiste du gouvernement espagnol.

Alors que peuple catalan a été brutalement empêché par les autorités espagnoles de voter pour son indépendance totale, Raël exprime sa compassion aux catalans, ainsi que sa consternation face à l’attitude colonialiste du gouvernement espagnol.

« La violence de la police à l’encontre des votants en Catalogne démontre que le gouvernement espagnol a un terrible esprit colonialiste, pire encore que celui de la dictature franquiste et similaire à celui qui a provoqué les génocides et les pillages commis par l’Espagne en Amérique du Sud contre les Incas et les autres populations autochtones » déclare Raël.

« La paix future n’est possible que par le démantèlement des grandes nations et la création de pays à échelle humaine suivant les traditions culturelles et les langues ; ces petites nations étant fédérées au sein d’un gouvernement mondial créé par le peuple pour le peuple, et non pas pour servir de quelconques intérêts financiers. » explique Raël.

Pour Raël, l’ère des royaumes et des empires est dépassée. « Avec des nations à échelle humaine, les armes de destruction massive et les armées nationales deviennent obsolètes et plus faciles à éradiquer afin de les remplacer par de véritables gardiens de la paix servant et protégeant les populations. »

Dans son livre, les Royaumes-Unis de Kama (Afrique), Raël encourage les petits nations à oser se battre pour leur indépendance (en téléchargement gratuit : http://rael.org/download.php?view.361). « Aucun peuple ou groupe ethnique n’est trop petit pour être indépendant. Quel que soit le nombre d’années ou de siècles passés sous la domination d’un pays les ayant conquis par la force, la volonté des peuples de pouvoir disposer d’eux-mêmes est inextinguible. Le futur est une fédération de petits pays indépendants, autonomes et solidaires, libres de faire leurs propres choix et s’entraidant les uns les autres. »

Dans une allocution tenue ce jour, Raël rappelle aussi à l’Espagne ses dettes post colonialisme. « L’Espagne devrait rendre les tonnes d’or qu’elle a volé au Pérou, à la Bolivie et à d’autres pays, et payer aussi des dommages compensatoires pour les génocides orchestrés. Bien que son histoire restera pour toujours marquée par les crimes qu’ont été ces pillages et ces génocides, l’Espagne ne respecte toujours pas le droit de sécession garanti par les Droits de l’Homme à toutes les communautés du monde. »