Océanie

Sydney: les Raëliens censurés et expulsés de la Parade LGBT Mardi Gras


15 févr., 2012
 Aucun    Océanie


Après avoir refusé de se conformer à la censure imposée par les organisateurs de la Parade LGBT Mardi Gras à Sydney et après 12 ans de participation, les Raëliens ont été expulsés

Homophobia

Après avoir refusé de se conformer à la censure imposée par les organisateurs de la Parade LGBT Mardi Gras à Sydney et après 12 ans de participation, les Raëliens ont été expulsés.

Le porte-parole d'ARAMIS, l'association Raëlienne des minorités sexuelles, M. Luke Roberts souligne que les organisateurs se sont opposés à l'utilisation de symboles religieux dans le mot 'homophobie' et la phrase "l'homophobie est une connerie biblique criminelle" (voir visuel de la campagne ci-dessus).

Luke Roberts (alias Pope Alice, icône du mouvement Gay) dénonce la demande du Comité de supprimer les symboles religieux du mot homophobie. " Cette demande est absurde puisque les principales religions sont à l'origine de l'homophobie. Quant à l'utilisation du mot ‘connerie’, on peut l'estimer douce car il n'y pas de mot assez ignoble pour qualifier les massacres religieux des millions de personnes LGBT à travers les siècles, l'intimidation que nous vivons encore actuellement, le harcèlement et le meurtre de gays inspirés par les leaders et les textes religieux, ou pour la jeunesse désespérée gay, lesbienne et transgenre, qui sent que le monde est plein de préjugés religieux contre elle. " commente-t-il.

Et de poursuivre: " la fait que Mardi Gras se plie aux pressions religieuses est très inquiétant. Les organisateurs insultent ainsi les fondateurs et l'esprit de l'événement, et commence à perdre de vue les raisons pour lesquelles Mardi Gras a été initié. Il semble que des personnes religieuses ont infiltré les comités d'organisation, comme ils le font dans les écoles et le gouvernement, afin de poursuivre leur action à l'encontre des droits des homosexuels et d’autres libertés."

"Garder le silence sur cette question sérieuse c’est être complice de la censure de la liberté d'expression entreprise par le conseil du Mardi Gras et le comité de la parade. Si nous n'évoquons pas les crimes homophobes des religions traditionnelles alors nous sommes aussi complices de ces crimes et condamnés à des vies tronquées, dominées par l'intolérance religieuse." dénonce M. Roberts.

"Nous demandons à tous les LGBT chrétiens, catholiques, musulmans et juifs de quitter leurs religions. En y restant, ils font preuve d'hypocrisie, soutiennent les crimes contre leur propre peuple et donnent de la force à la ferveur religieuse dominante, qu’ils soient ouvertement gays ou pas."

Le Mouvement Raëlien pense que la Bible a été manipulée par des intérêts humains et doit être censurée pour supprimer les mensonges et les passages haineux. Les Raëliens respectent les passages de la Bible qui décrivent en détail le contact avec les Elohim, une civilisation scientifique extraterrestre, que l'on a pris pour des dieux et qui ont créé l'être humain à leur image et à leur ressemblance. Le Christ est également respecté par les Raëliens comme étant un grand prophète, ainsi que Bouddha, Moïse et Mohammed.

" Plus que jamais, nous devons nous exprimer pour éviter le lobbying religieux et le politiquement correct qui mettent une pression excessive sur Mardi Gras. Nous demandons aux responsables des chars participants à l'événement de mettre en évidence l'homophobie religieuse en relayant notre message. " annonce Roberts. "Maintenant que vous savez, que pouvez-vous faire à ce sujet ? "

Aramis lance un appel à tous pour apporter son votre soutien et diffuser le message censuré: L'HOMOPHOBIE EST UNE CONNERIE BIBLIQUE CRIMINELLE,.

Contact email (Australie): @
Site internet: www.raeliangay.org

L'association a également lancé un appel pour trouver une personne prête à accrocher la bannière interdite sur son immeuble ou dans sa fenêtre, ou sur son char, le long du parcours ou durant la parade.

"Nous demandons à la communauté d’aider à exprimer ce message en en faisant la promotion librement et ouvertement." conclut Roberts.


Plus...