Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires : l’avenir de l’humanité est en jeu


26 sept., 2017
 Aucun    Politique

TImeSquare.jpg

Les raéliens réaffirment l’importance cruciale pour la survie de l’humanité du Traité international d’interdiction des Armes Nucléaires de l’ONU. Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni doivent le signer.

A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires du 26 septembre décrétée par l’Organisation des Nations Unies (www.un.org/fr/events/nuclearweaponelimination/), les raéliens réaffirment l’importance cruciale pour la survie de l’humanité du Traité international d’interdiction des Armes Nucléaires ratifié par l’Assemblée Générale de l’ONU le 7 juillet 2017 et adopté par plus de 120 pays. Il a néanmoins été boycotté par quelques pays tels que les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni alors qu’il est indispensable que ces pays retardataires s’engagent et le signent.

« Ce Traité est une priorité absolue pour toute l’humanité ! » déclare Princess Loona, porte-parole du Mouvement Raélien en Europe. « Il ouvre la voie à un désarmement nucléaire total, donc à l’espoir d’une paix durable et de la non destruction de notre planète par une guerre atomique qui serait engendrée par une escalade de violence par les Etats voyous qui possèdent ces armes tels que les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni. »
De nombreuses voix s’élèvent pour inciter ces gouvernements à changer leur attitudes criminelles et dangereuses pour la survie de l’humanité.

« Ces pays se disent démocratiques et se permettent de donner des leçons au monde alors qu’ils ne respectent eux-mêmes pas le vote très largement majoritaire des Nations-Unies (122 pays pour le Traité, 9 contre, 1 abstention) » poursuit la porte-parole.

« La France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont annoncé communément, dès le 8 juillet dernier, qu’ils ne le signeraient pas sous prétexte d’ "environnement sécuritaire international" alors que ces pays sont eux-mêmes les premiers dangers pour la sécurité internationale de part le nombre d’ogives nucléaires qu’ils possèdent » dénonce-t-elle.

Selon les chiffres rappelés par l’organisation internationale ICAN (Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires), les Etats-Unis possèdent près de 8000 ogives nucléaires alors que la Corée du Nord en possède une dizaine (voir : http://fr.icanw.org/faits/arsenaux-nucleaires/). « Qui sont les plus dangereux ? » interroge Princess Loona.

Début septembre, Raël, leader spirituel du Mouvement Raélien, a souligné que la Corée du Nord avait toujours dit que le programme de développement nucléaire mis en oeuvre était uniquement une mesure défensive. « Ils ont vu ce qu’il s’est passé en Yougoslavie, en Lybie et en Irak ces dernières années et ils considèrent que le seul moyen préventif pour se protéger d’une attaque des Etats-Unis est le développement d’un programme d’armement nucléaire. » a-t-il alors déclaré.

« La lâcheté des pouvoirs américains et de l’OTAN fait qu’ils n’auraient jamais envahi la Yougoslavie, l’Irak ou la Lybie si ces pays avaient eu des armes nucléaires. Ils attaquent seulement ceux qu’ils sont certains de dominer et de harceler. » a-t-il ajouté.

Il a aussi rappelé que l’Agence centrale d’information coréenne a très récemment pris position notifiant que le pays serait prêt à abandonner son programme d’armement nucléaire qu’à condition que les Etats-Unis abandonnent sa politique hostile. « Cela ouvre clairement les portes à une avancée diplomatique si les Etats-Unis faisaient aussi le nécessaire dans ce sens » a poursuivi Raël.

En parallèle à cela, le Président américain a affirmé, il y a quelques jours, à la tribune de l’Assemblée générale des Nations-Unies, envisager la possibilité d’une destruction totale de la Corée du Nord, soit prêt de 25.000.000 de civils, enfants inclus. « Encore une fois, qui sont les plus dangereux et les plus criminels ? » réitère Princess Loona.

Rappelons que la plupart des nord coréens se souviennent de la façon dont les Etats-Unis ont décimé la population de Corée du Nord et détruit la majeure partie des bâtiments, il y a moins d’une génération.

En ce mois de septembre - marquant la Journée internationale de la paix le 21 septembre et la Journée internationale de l’élimination totale des armes nucléaires le 26 septembre - les raéliens renforcent plus que jamais leur campagne exigeant des pays non signataires du Traité d’adopter une position en faveur de la paix en le ratifiant. Ils intensifient aussi leur présence dans les rues en menant des méditations « Une Minute pour la Paix » (www.1min4peace.org)

« La paix est notre responsabilité à tous, et à chaque occasion où nous manquons de prendre position en sa faveur, nous devenons aussi progressivement responsables de la guerre » conclut la porte-parole.