Politique

Banque Mondiale : camouflage et maquillage


09 oct., 2007
 Aucun    Politique


Ngozi Okonjo-Iweala, ex-ministre des finances du Nigeria retourne à la banque mondiale où elle vient d’être nommée directrice générale.

Ngozi2 Ngozi Okonjo-Iweala, ex-ministre des finances du Nigeria retourne à la banque mondiale où elle vient d’être nommée directrice générale. Elle y avait travaillé pendant une vingtaine d'années auparavant occupant differentes fonctions. Le Président de la Banque mondiale a rappelé lors de sa nomination qu’elle a été le moteur de l'allègement de la dette du Nigeria, aidant son pays à obtenir du Club de Paris une annulation de dette de 18 milliards de dollars. Deux autres points relatifs à sa biographie ont aussi attiré notre attention : Mme Okonjo-Iweala est co-fondatrice du Fonds Makeda au Nigeria, un fonds qui a pour mission d'investir dans des entreprises dirigées par des femmes, domaine au combien important sur ce continent ; elle est aussi conseiller de la Banque mondiale pour l'initiative visant la restitution des avoirs détournés (STAR).
En signalant cette personnalité à Rael, il a émis la déclaration suivante :
Il sera intéressant de voir comment Ngozi Okonjo-Iweala va se comporter à la banque mondiale qui est principalement un outil de domination des pouvoirs impérialistes et colonialistes que l’on ne doit jamais précéder de ‘ex’ car c’est toujours en place économiquement.
Si elle réclamait le paiement immédiat de la dette du tiers monde alors elle aurait tout notre soutien... je veux bien sur parler de la dette des pays impérialistes et colonisateurs incluant les dommages et intérets pour génocides et esclavage qui sont dix fois plus élevés que la prétendue dette des pays pauvres.
L’annulation de la dette du Nigeria n’est même pas une victoire car elle ne vient que récompenser ceux qui se plient aux modèles imposés par les impérialistes et les colonialistes au travers de leur outil qu’est la banque mondiale.


Plus...