Une délégation raëlienne à l'OSCE demande que les droits des minorités religieuses en France, Suisse et Belgique soient reconnus


16 oct., 2014
 Aucun    Europe

Les 30 septembre et 1er octobre 2014, lors de la conférence de l'OSCE appelée Human Dimension Implementation Meeting à Varsovie, une délégation raëlienne a notifié lors de deux sessions aux autorités des pays mentionnés ci-dessus les préjudices graves exercés à l'encontre des membres du Mouvement Raëlien, devant une assemblée de porte-paroles des diverses ONG européennes, internationales et représentants certains pays.


2014.10_osce1.jpeg Les 30 septembre et 1er octobre 2014, lors de la conférence de l'OSCE appelée Human Dimension Implementation Meeting à Varsovie, une délégation raëlienne a notifié lors de deux sessions aux autorités des pays mentionnés ci-dessus les préjudices graves exercés à l'encontre des membres du Mouvement Raëlien, devant une assemblée de porte-paroles des diverses ONG européennes, internationales et représentants certains pays.

"La présence continue depuis plus de 10 ans du Mouvement Raëlien à l'OSCE marque sa volonté de voir arriver les changements et recommandations basées sur l'application des articles 18 et 19 des Droits de l'Homme, visant à créer un climat de bienveillance et de respect des différences des mouvements religieux minoritaires, indispensable à une société libre et un gouvernement laïque" déclare Eva Ponty, représentante de la délégation du Mouvement Raëlien.

Les demandes du Mouvement Raëlien sont les suivantes :

1. Que le gouvernement français arrête de financer les organisations anti-minorités religieuses avec l'argent des contribuables, à moins qu'elles ne protègent les droits de tous leurs citoyens et soutiennent des réunions pour favoriser la compréhension universelle.

2. Que la mission de la MIVILUDES et du CIAOSN (équivalent de la MIVILUDES en Belgique) soit de passer en revue tous les livres religieux, y compris ceux des religions majoritaires, de supprimer les passages incitant à la haine,
et ainsi de promouvoir la Paix universelle

3. Que l'arsenal législatif établi à l'encontre des religions minoritaires, notamment la loi About Picard en France, soit remplacé par un rappel de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

4. Que les gouvernements en Europe changent l'emploi du terme «secte » dans tous les nouveaux documents administratifs et officiels par des termes moins ambigus tels que « religions minoritaires ».

5. Que les fonctionnaires d'état (magistrats, policiers, enseignants, éducateurs, etc.) ne soient plus formés à lutter contre les membres de religions minoritaires, comme ils le font en France à travers des organisations telles que la CAIMADES, sous-organisation de l'UNADFI, et s'orientent plutôt vers la promotion de la protection des croyances universelles assurant ainsi une vie inter-communautés plus paisible.

6. Nous demandons à l'OSCE d'intervenir auprès des Ministères de l'Education nationale pour encourager les universités françaises et belges à créer un organisme totalement indépendant dont le but sera d'étudier chaque mouvement spirituel. Cet organe pourrait être composé de sociologues, psychologues, historiens, théologiens et autres experts en sciences humaines, ainsi que des avocats et des représentants de chaque groupe philosophique.

Pour consulter le discours complet : Cliquez- ICI

10 Osce2
10 Osce4
10 Osce3