Raël: Un Mohawk catholique est un traître à ses ancêtres


31 oct., 2012
 Aucun    Amérique du Nord

''La béatification de la Mohawk Kateri Tekakwitha, canonisée par le pape Benoit XVI, est une véritable insulte envers les ancêtres Mohawks qui ont été forcés de se convertir en reniant toutes leurs valeurs ancestrales et leur culture, massacrés sur tous les plans." a déclaré Rodolf Samson, porte-parole du Mouvement Raëlien du Canada auprès des Premières Nations, à l'annonce de la béatification.


''La béatification de la Mohawk Kateri Tekakwitha, canonisée par le pape Benoit XVI, est une véritable insulte envers les ancêtres Mohawks qui ont été forcés de se convertir en reniant toutes leurs valeurs ancestrales et leur culture, massacrés sur tous les plans." a déclaré Rodolf Samson, porte-parole du Mouvement Raëlien du Canada auprès des Premières Nations, à l'annonce de la béatification.

''Le peuple Mohawk se voit aujourd’hui sanctifié par ses bourreaux et le plus édifiant est de voir des Mohawks, pourtant instruits de ces horreurs, continuer de nourrir les rangs de cette institution religieuse criminelle envers leurs pairs."

Raël a maintes fois exprimé aux peuples autochtones colonisés d'Afrique, d'Amérique et d'Australie, qu'un Africain, un Amérindiens ou un Aborigène est un traître à ses ancêtres s'il est catholique. Pour Raël, ''il faut respecter les ancêtres et refuser les valeurs de ceux qui les ont colonisés par la force et la seule réponse aux crimes de l’Église Catholique, c’est l’apostasie.''

''Ce n'est pas un hasard qu’une nouvelle sainte soit reconnue chez les Mohawks, dans un temps où l’Église Catholique craint de toute évidence que davantage de crimes soient révélés concernant son implication dans le plus grand génocide jamais perpétré sur terre contre les Premières Nations d’Amérique'' ajoute Rodolf Samson.

Les Mohawks, que les envahisseurs ont nommés Iroquois, étaient décrits dans nos livres d’Histoire du Québec comme de véritables bêtes sanguinaires qui avaient comme passe-temps de manger le cœur des prêtres catholiques, dont Jean de Brébeuf, ce martyr canadien que rejoint Kateri Tekakwitha dans sa toute nouvelle sainteté. ''Pour l’Église Catholique, les membres des Premières Nations n’avaient pas d’âme donc les tuer équivalait à tuer un orignal ou un loup et il était fortement recommandé de le faire puisque ces « sauvages » étaient de dangereux primitifs qu’il valait mieux exterminer s’ils ne se convertissaient pas miraculeusement au dieu catholique qui les sauverait en leur donnant une âme comme par magie. Cette attitude criminelle ne peut pas être effacée par la béatification de quelques uns'' explique Rodolf Samson.

Il faut se rappeler que c’est par la force que les Premières Nations étaient converties, avec les si tristement célèbres paroles si chrétiennes du «crois ou meurs». Combien d’enfants ont été arrachés à leurs parents par ces mêmes catholiques, combien de femmes ont été stérilisées de force, combien de viols ont été commis pour diluer «le sang impur de la race», combien d’épidémies ont été volontairement propagées dans les tribus qui ne se pliaient pas aux mœurs «civilisés» qui ont été si cruellement imposés aux ancêtres de ceux qui souffrent encore aujourd’hui qu’on ne reconnaisse toujours pas leurs racines.

Le Mouvement Raëlien Canadien exprime son entier soutien à la Nation Mohawk qui a raison de vouloir vivre fière et forte comme elle l’était sur cette terre accueillante et généreuse, avant l’arrivée des Blancs. ''Les véritables braves aujourd’hui ce sont ceux qui oseront montrer leur courage en apostasiant publiquement des religions catholiques ou chrétiennes, religions des colonisateurs, et en retrouvant leurs religions traditionnelles."