France: les raëliens manifestent devant le siège du magazine l’Express suite aux propos haineux du journaliste Christophe Barbier envers les minorités religieuses


19 févr., 2013
 Aucun    Europe


« Faudra-t-il que l’histoire se répète avant que l’opinion publique mondiale ne découvre l’aberration des propos tenus aujourd’hui par certains politiciens et journalistes français, 70 ans après la Shoa qui avait révélé au monde entier l’horreur que produisait une campagne de haine perpétrée envers une population

Membreesecte3

« Faudra-t-il que l’histoire se répète avant que l’opinion publique mondiale ne découvre l’aberration des propos tenus aujourd’hui par certains politiciens et journalistes français, 70 ans après la Shoa qui avait révélé au monde entier l’horreur que produisait une campagne de haine perpétrée envers une population. » s’est indigné Kimbangu Piffer, leader et porte-parole du Mouvement Raëlien en France, en découvrant avec effroi la virulence des propos haineux de Christophe Barbier envers les minorités religieuses, dans son éditorial du 7 février publié dans l’Express.

« A quand ‘’la nuit de cristal’’ qui verra la population, endoctrinée par une propagande savamment distillée par des journalistes comme M. Barbier, se jeter sur les minorités religieuses traitées dédaigneusement de ‘‘sectes’’ ? » demande Piffer.

Faut-il rappeler ce texte attribué à Martin Niemoller, écrit en 1942, durant son internement à Dachau: « quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas communiste. Quand ils sont venus chercher les juifs, je n'ai rien dit, je n'étais pas juif. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas syndicaliste. Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai rien dit, je n'étais pas catholique. Puis ils sont venus me chercher, et il n'y avait plus personne pour protester. »

Rappelons que suite à la récente condamnation par la Cour Européenne des Droits de l’Homme de la France pour sa chasse aux sorcières envers les minorités religieuses (1), le magazine l’EXPRESS, sous la plume de son directeur de la publication Christophe Barbier, a fait paraitre un éditorial particulièrement ‘’sectophobe’’.

"Nous ne pouvons pas laisser passer de tels propos !" dénonce Piffer. "Qui dans ce pays parmi les politiques et les journalistes va enfin se lever pour dénoncer publiquement les propos aberrants tenus par certains envers les minorités religieuses ? "

L’histoire ne se répétera pas car les raëliens ne laisseront pas faire et ils le montrent dès maintenant en allant manifester mardi 19 février devant le siège de l’Express.

Piffer souligne que ce directeur de publication sûr de son jugement et donneur de leçon, a bien vite oublié les leçons de l’histoire et surtout les préceptes qu’une société civilisée se donnent en adhérant à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme contenant lesarticles 18 et 19 sur la liberté de pensée, de conscience, de religion, d’opinion et d’expression. " M. Barbier a décidé sans états d’âme de bafouer les fondements de la démocratie dans laquelle il peut s’exprimer sans retenue en écrivant ses insultes envers les minorités religieuses. Et l’on peut affirmer sans se tromper que c’est lui qui met en danger les fondements républicains de l’ex pays des Droits de l’Homme." poursuit-il.

Le soutien apporté à Christophe Barbier par l’ancien président de la Miviludes, Georges Fenech, qui a applaudi cet éditorial lors d’une interview est un exemple de complicité évidente entre médias et politiques, défiant des juges qui veulent se montrer impartiaux et faire preuve de véritable indépendance vis à vis du courant de pensée dominant contre les minorités religieuses en France. G. Fenech, député, demande ainsi que les décisions des juges de la cour européenne, constatant la violation de l’article 9 de la convention européenne des droits de l’homme par l’Etat français, ne soient pas appliquées et il remercie publiquement le directeur de la rédaction pour son généreux appel à verser des millions à la Miviludes, organe dont il a été président (2).

Ce mépris à l’égard des juges indépendants est tel que plusieurs tentatives ont été faites et sont encore en cours pour que les membres de la Miviludes obtiennent l’immunité et ne puissent plus être poursuivies pour leurs propos (3).

"La différence de traitement par les médias est évidente lorsqu'il s'agit de religions minoritaires et majoritaires." dénonce Piffer. "D'un coté, beaucoup de discrétion sur les prêtres pédophiles et les scandales financiers de l'église catholiques, et de l’autre toujours des rumeurs non fondées et des diffamations qui salissent les minorités religieuses." conclut-il.

En manifestant devant le siège de l’Express mardi 19 février, la délégation raëlienne réaffirmera les droits des membres des minorités religieuses et spirituelles à être respectés au même titre que les religions traditionnelles. Elle a le soutien de 85.000 raëliens établis dans plus de 104 pays dans le monde.

-----------------

(1) http://fr.raelpress.org/news.php?item.485.1

(2) Voir http://fr.raelpress.org/print.php?news.453

(3) Proposition de loi n° 233 enregistrée à la présidence du Sénat le 18 décembre 2012, instituant l'immunité juridictionnelle des membres de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires dans le cadre de leurs fonctions. http://www.senat.fr/leg/ppl12-233.html