La HALDE fait la sourde oreille aux demandes des victimes de discriminations


30 avril, 2011
 Aucun    Europe


Ce vendredi 29 avril, à Paris, la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité) organisait une conférence de presse pour présenter son rapport annuel 2010.

29 HaldeCe vendredi 29 avril, à Paris, la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité) organisait une conférence de presse pour présenter son rapport annuel 2010.

Afin de soutenir l’action de Kimbangu Mundele Piffer, cet évêque Raëlien qui entame sa 2ème semaine de grève de la faim pour cause de discrimination religieuse, devant la Préfecture de Metz, quelques membres de son comité de soutien ont manifesté, devant les locaux de l'institution.

"Cette manifestation était silencieuse puisque le silence semble être le maître mot de la Halde dans cette affaire, qui montre clairement, depuis 5 ans et encore plus cette semaine, sa volonté de ne pas répondre aux questions posées par M. Piffer, extrêmement simples pourtant, mais évidemment très embarrassantes pour la France et ses institutions de pseudo-défense des droits individuels." a commenté Clémence Linard, Guide Raëlienne et coordinatrice du comité de soutien qui compte des centaines de personnes du monde entier, touchées par l'attitude odieuse du gouvernement français et de ses institutions.

Pour rappel, en 2005, M. Piffer, technicien depuis 32 ans chez FT/Orange, s'est vu refuser le renouvellement de ses autorisations pour accéder à la centrale nucléaire EDF de Cattenom en Lorraine, alors qu'il a travaillé dans des lieux dits 'sensibles' à de nombreuses reprises grâce à ses compétences professionnelles reconnues. Malgré le dépôt de son dossier devant la Halde, il y a 5 ans, il n’a toujours pas reçu la moindre réponse.

Le silence de la Halde reste d'or !

Dans un communiqué récent, Clémence Linard dénonçait le fait, que derrière ces non-réponses, il y aurait une volonté politique dictée, soit directement par le gouvernement à la Halde, soit par une auto-censure de celle-ci sur ce sujet jugé "trop sensible", celui de la honteuse chasse aux sorcières envers les minorités religieuses orchestrée par le gouvernement français depuis près de 20 ans.

"Quelques faits probants montrent le vrai visage de la Halde, qui n'est qu'un miroir aux alouettes pour faire croire que la France reste un pays non liberticide." a-t-elle ajouté. "Lors de la manifestation silencieuse de ce vendredi, les membres du comité de soutien présents ont assisté à quelques scènes constituant probablement le "lot" quotidien de cet organisme fictif en ce qui concerne les discriminations des minorités religieuses, mais pas seulement".

A tire d'exemples, quelques faits rapportés par les participants:
- Ce vendredi, trois jeunes filles qui tentent de rencontrer des représentants de la Halde, sortent des locaux, rejetées une nouvelle fois.
- Peu de temps après, deux autres personnes, fondatrices d’un comité anti-discrimination, s’agitent sur le trottoir et fulminent car elles aussi viennent de se faire mettre à la porte. L’une d'elles explique : « on a créé un organisme de lutte contre les discriminations, on vient voir la Halde pour qu’elle nous aide, et son Président nous met dehors, à la limite de la correction ! On se fait discriminer par la Halde ! » dit-elle avec mécontentement. «On va aller se plaindre à l’organisme qui lutte contre les discriminations. Ah, zut, c’est la Halde. » résume-t-elle d’un ton caustique tout en ajoutant : « la Halde vient de montrer ses limites en tant qu’organisme d’Etat ».
- Autre fait marquant, durant cette manifestation silencieuse: Jean-Pierre Saulnier, Guide Raëlien et membre du comité de soutien de M. Piffer, demande à rencontrer Mme Valérie Fontaine, chef de cabinet du Président de la Halde, Eric Molinié. La seule réponse à laquelle il a droit est qu’il n’est pas le bienvenu puisqu’il a appelé plusieurs fois durant la semaine. "Une grève de la faim ne justifie-t-elle pas au moins quelques minutes au téléphone chaque jour pour essayer de débloquer une situation ?" questionne-t-il.

Dernier fait notable, la correspondante française de notre média Raelnews, Fany Charpentier, souhaitant avoir la position de la Halde sur cette grève de la faim dans un souci de retransmission juste de l'information, s'est vu octroyer pour simple réponse à sa demande que "le dossier est dans les mains du service juridique et qu'on ne peut rien faire de plus", phrase que les membres du comité de soutien ont entendu lors des centaines d'appels de solidarité passés à la Halde durant la semaine. Quant à l'assistante du Préfet de Moselle, elle promet toujours de rappeler Fany Charpentier... Pour le moment, c'est "silence radio".

"Jusqu'où ira-t-on en France dans l'incohérence? Dans ce pays qui a vu naître les Droits de l'Homme, la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité, qui est en train de devenir l'organisme d'Etat "Défenseurs des Droits", n'est bel et bien qu'un polissage pour permettre à la France de tenir un discours lisse et politisé qui ne correspond absolument pas à la réalité " a poursuivi Clémence Linard." La Halde et ses membres resteront dans l'histoire de la chasse aux sorcières envers les minorités religieuses comme des complices de cette ignoble politique, au même titre que ceux qui n'ont rien dit lors des grands drames de l'histoire de notre humanité". a-t-elle conclu.

M. Piffer en est aujourd'hui à son 10ème jour de grève de la faim, joint par téléphone ce matin, il garde une volonté de fer et repart pour une nouvelle semaine de grève de la faim, déterminé à défendre la liberté religieuse et d'opinion garantie par les Droits de l'Homme qui n'est pas la réalité en France.