Lettre à la Directrice générale de l’UNESCO


24 nov., 2019
 Aucun    Monde

La Journée internationale pour l'éducation à la sexualité dès l'enfance - SexEd Day - se déroule chaque année le 20 novembre. Les organisateurs ont adressé cette lettre à l'UNESCO rappelant la nécessité de la non-ingérence politico-religieuse.


SexEdDay2.jpg Ce courrier est parvenu à l’UNESCO afin de promouvoir l’application d’une éducation complète à la sexualité, telle que recommandée par les experts de plusieurs rapports de recherche d’institutions internationales dont l’UNESCO.

Aucune pression religieuse ou politique rétrograde ne doit influencer la science et la recherche, et cela vaut particulièrement pour l’éducation et la sexualité. C’est le sens de la lettre adressée qui a été adressée à Mme Azoulay, directrice générale de l'UNESCO, à l'occasion du 30ème anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’enfant et la 5ème journée internationale SexEd Day.


Lettre à Madame Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO
Paris, le 18 novembre 2019

Madame La Directrice générale de l’UNESCO, Madame Azoulay,

Dans un récent entretien, vous avez souligné que « L’éducation est au cœur de nos défis, là où le monde est à la fois en retard et en pleine interrogation ». Vous avez aussi manifesté votre attachement aux engagements pris dans le cadre de l’agenda 2030, pour l’éducation des filles, l’émancipation des femmes et l’égalité de genre. Nous saluons votre détermination et souhaitons connaître également votre positionnement sur la mise en œuvre des actions éducatives, dans toutes leurs dimensions, y compris l’éducation complète à la sexualité au sens défini par l’UNESCO.

Comme vous, nous célébrerons prochainement le 30ème anniversaire de la Convention internationale des Droits de l’enfant et en tant que coordinatrices de la Journée internationale SexEd Day, nous portons votre attention sur la situation suivante : 10 ans se sont écoulés depuis la publication d’un premier rap- port de l’UNESCO et nombreux sont les pays – y compris en Europe – qui privent les enfants (filles et garçons) d’apprentissages visant une réelle égalité, une plus grande compréhension, un respect mutuel (respecter/se faire respecter) et l’acquisition d’une autonomie responsable.

Ainsi, le 20 novembre, se tiendra la cinquième édition de la Journée internationale SexEd Day. Cette journée est impulsée par le Mouvement Raélien et son leader spirituel, Raël, qui préconise, dans ses enseignements depuis près de 45 ans, une éducation à la sexualité dans le respect absolu de l’enfant.

Ces deux événements internationaux dédiés à l’enfant sont donc l’occasion pour nous de demander que tout soit mis en oeuvre pour que les principes directeurs émis par les experts de l’UNESCO en 2009, conformes à ces enseignements, soient enfin appliqués.

Le rapport élaboré par l’UNESCO préconisait, initialement un programme mondial pour l’éducation à la sexualité visant à donner les moyens aux enfants et aux jeunes gens de « faire des choix responsables dans leurs relations sexuelles et sociales ». Le programme qui a nécessité 87 études internationales pour son élaboration, proposait notamment d’expliquer aux enfants âgés de 5 à 8 ans qu’«il est tout à fait naturel d’explorer et de toucher des parties de son corps », que « la masturbation n’est pas nocive mais doit être pratiquée en privé. »

Malheureusement, ce rapport, fondé sur des données scientifiques, a été édulcoré suite à des pressions d’organisations religieuses qui ont conduit à faire disparaître l’explication sur la masturbation. Ce passage censuré n’a pas été republié en 2018, lors de la réédition du rapport, alors même que le bureau européen de l’OMS l’a publié, en préconisant l’explication dès la plus petite enfance.

Nous n’ignorons pas les pressions exercées et nous avons des exemples significatifs actuellement en Pologne. Et nous considérons qu’une institution comme l’UNESCO se doit d’être laïque pour protéger les jeunes filles/garçons, faire respecter leurs droits et leur ouvrir la porte à la possibilité de faire des choix dans leur vie d’adulte.

L’éducation complète à la sexualité est aussi le meilleur moyen de prévention des viols, agressions et harcèlements sexuels. Un enfant n’ayant aucune connaissance au sujet de la sexualité, dont la notion de plaisir qu’elle procure et l’importance de définir ses propres limites, est particulièrement vulnérable. Et ce, d’autant plus que la majorité des violences sexuelles a lieu au sein même des familles ou dans un environnement proche. Il est donc important que les enfants sachent ce qui est acceptable ou non dans le comportement des adultes et apprennent à dire NON ; c’est un droit fondamental de l’enfance.

En France, les tabous ont aussi fait que le plaisir de la femme a été longtemps totalement ignoré et la représentation du clitoris n’a fait son apparition dans un livre scolaire de SVT qu’en 2017 et plus récem- ment dans quatre autres manuels destinés aux lycéens. Et dans de nombreux pays, des violences homophobes se perpétuent, dans le rejet des diversités. Combien de souffrances générées par une éducation à la sexualité incomplète, inexacte, voire inexistante en raison d’idées dépassées ?

Comme le préconisent différents rapports, l’éducation complète à la sexualité ne peut se limiter à ren- seigner sur la nomenclature de certaines parties du corps. Les experts de l’éducation à la sexualité reconnaissent tous l’importance de la déculpabilisation du plaisir et devraient être les seuls à décider sans pression, religieuse, politique ou autre.

Parce que le silence ne protège pas l’enfant et ne prévient pas les violences, parce que le silence n’est pas un mode d’éducation, nous avons l’espoir que vous conduirez des choix courageux et essentiels pour construire une humanité de respect et de paix.

Nous vous proposons un rendez- vous à votre convenance pour vous présenter notre point de vue de vive voix sur ce sujet important.

Dans l’attente de vous rencontrer, nous vous prions d’agréer, Madame la Directrice, nos sentiments les meilleurs.

Clémence Linard
M.A.Ed, sexologue
Coordinatrice internationale de la Campagne de Sensibilisation à l’Éducation à la Sexualité dès l’Enfance et du SexEd Day

Lisiane Fricotté
M.A., Juriste en Droit Social, Droits de l’Homme et Libertés Publiques
Coordinatrice de la Campagne de Sensibilisation à l’Éducation à la Sexualité dès l’Enfance et du SexEd Day en Europe


Suivez la campagne de sensibilisation pour une éducation à la sexualité dès l’enfance et les événements sur :
Rael.org/SexEdDay
Facebook.com/SxEdDay
Instagram/SexEdDay
lettre_Azoulay_2019_publication.jpg
lettre_Azoulay_2019_publication2.jpg