Les raëliens sont clairs : ils désobéiront si on veut leur interdire de porter leur symbole religieux


04 sept., 2013
 Aucun    Amérique du Nord

Au Canada, depuis quelques jours, des informations transmises par l'agence QMI soutiennent que le gouvernement péquiste de Pauline Marois s’apprête à interdire aux employés de l'État le port de tout signe religieux.


symbolove_tbn.jpg Symbolove Au Canada, depuis quelques jours, des informations transmises par l'agence QMI soutiennent que le gouvernement péquiste de Pauline Marois s’apprête à interdire aux employés de l'État le port de tout signe religieux.

La position du Mouvement Raëlien est claire « l'État doit être laïc, mais les employés de l’État qui dispensent les services aux citoyens doivent être libres d’arborer leur symbole religieux s’ils le désirent ».

Daniel Chabot, porte-parole du Mouvement Raëlien, annonce les intentions des raëliens ; « si cette interdiction devenait effective, nous désobéirons et nous inviterons tous les membres des religions qui souhaitent porter les signes religieux prescrits par leur religion à faire de même ».

Une fois de plus, nous faisons face à une hypocrisie monumentale. Le PQ de Pauline Marois veut interdire le port des signes religieux dans les institutions publiques, mais dans sa confusion mentale, il décide de garder le crucifix sur le mur de l’Assemblée Nationale! Allez expliquer ça dans les écoles…

Les raëliens connaissaient déjà les positions d’intolérance de Pauline Marois. Est-il nécessaire de rappeler que Pauline Marois s’était grossièrement marrée, en se tapant sur les cuisses, quand Serge Chapleau a agrippé le chignon de Raël lors de l’émission Tout le Monde en Parle, en septembre 2004? Plutôt que d’être outrée par ce geste grotesque et irrespectueux, Mme Marois en a rajouté en traitant Raël de "fou à lier". Par la suite, lorsque les milliers de raëliens du Québec, indignés par ce geste et ces paroles outrageuses envers leur leader spirituel, lui ont maintes fois demandé de s’excuser, elle a refusé.

À l’époque, les raëliens avaient pressenti l’extrémisme dont était capable Pauline Marois. Ils avaient d’ailleurs averti la population québécoise des risques que représentait l’élection de Pauline Marois à la tête du Québec. Aujourd’hui, les positions radicales de celle-ci et de son gouvernement leur donnent raison : Pauline Marois est une intégriste laïque et les raëliens promettent de se soulever pour dénoncer haut et fort cette attitude indigne d’une élue.

Si cette Charte des valeurs québécoises devenait réalité, en plus d’aller à l’encontre de la Charte des droits et liberté, elle enfoncerait le Québec dans une nouvelle forme de racisme et d’intolérance : le racisme religieux et Pauline Marois et son gouvernement en sont les porte-étendards.