Le 6 février prochain, Clitoraid lance une thérapie clitoridienne pour les victimes des MGF


06 févr., 2017
 Aucun    Amérique du Nord

Le 6 février, Journée de tolérance zéro des N.U pour les victimes de mutilations génitales féminines, l’organisation humanitaire Clitoraid enverra à ses patientes en rétablissement un vibromasseur « Womanizer » offert par son inventeur, Mickael Linke


LAS VEGAS, 6 février

« L’utilisation de ce vibromasseur fera partie de la thérapie post-opératoire destinée à nos patientes en chirurgie réparatrice du clitoris », explique Nadine Gary, porte-parole de Clitoraid.

Elle annonce d’emblée que les chirurgiens bénévoles de Clitoraid, Dr Marci Bowers et Dr Harold Henning, ont déjà opéré avec succès plus de 250 victimes de MGF depuis 2009.

« La chirurgie et la thérapie postopératoire ont restauré la dignité de ces patientes en tant que femmes », déclare Mme Gary, ajoutant que le geste charitable révolutionnaire posé par son organisation découle de la vision humanitaire du leader spirituel international Maitreya Raël.

« Sa philosophie pacifique et athée se prononce pour les droits des femmes, y compris le droit inhérent au plaisir sexuel », ajoute Mme Gary.

Les MGF, également appelées circoncisions féminines, touchent aujourd’hui 130 millions de femmes à travers le monde, selon l’OMS.

« Cette pratique horrible consiste à mutiler les organes génitaux des petites filles, en particulier le clitoris », déclare encore Mme Gary. « C’est généralement effectué sans anesthésie et dans le but de les priver de plaisir sexuel; avec l’intention de transformer les femmes en épouses chastes, subjuguées et fidèles. »

Pourtant, les maris n’aiment pas que leur femme soit excisée, souligne Mme Gary.

« Des milliers de victimes se sont adressées à Clitoraid, nous suppliant de les rendre entières à nouveau et de sauver leur mariage », déclare-t-elle.

Au cours des deux dernières décennies, la science a considérablement actualisé nos connaissances anatomiques des organes génitaux féminins.

« Pour la première fois dans l’histoire, le clitoris a été correctement cartographié, révélant un organe beaucoup plus volumineux qu’on ne l’imaginait auparavant », explique Mme Gary. « La partie visible qu’est le gland n’est qu’une infime portion d’une quantité massive de tissu destiné au plaisir. La mutilation génitale est aujourd’hui devenue une condition réversible grâce au Dr Pierre Foldes, un urologue français, qui a développé une procédure chirurgicale révolutionnaire pour les survivantes des MGF. »

La chirurgie réparatrice du clitoris nécessite également une thérapie post-opératoire, précise Mme Gary.