Monde

Pour la 151e Juneteenth, Back to Kama soutient la campagne de faire de cette journée une fête nationale américaine


03 juin, 2016
 Aucun    Monde

Juneteenth.jpg

L’organisation Back to Kama (BKT) soutient la campagne de faire de Juneteenth un jour férié dans tout le pays.

L’organisation Back to Kama (BKT) soutient la campagne de faire de Juneteenth un jour férié dans tout le pays.

Juneteenth est la plus ancienne célébration connue commémorant la fin de l’esclavage aux États-Unis. Les célébrations de Juneteenth ont également lieu dans d’autres pays dans le monde entier selon la présence de la Diaspora africaine : notamment le Ghana, le Honduras, Trinidad, Tobago, Japon, Taiwan, Angleterre et France. L’organisation BTK (www.backtokama.org) fêtera le 151ème anniversaire de Juneteenth aux États-Unis en : Elizabeth City, Caroline du Nord ; Houston, Texas ; et Phoenix, Arizona. « Nous encourageons tous nos amis et sympathisants sur les médias sociaux à montrer leur soutien à cette fête très particulière de la liberté, », déclare Kelvin Green, porte-parole de Back to Kama.

Il explique que Kama est le nom originel de l’Afrique utilisé par ses populations autochtones et ajoute: "Back to Kama est une campagne de migration volontaire pour encourager les riches, instruits et personnes influentes de toutes races et religions – en particulier ceux qui sont descendants d’esclaves – à volontairement transférer en Kama, la connaissance et la richesse qu’ils ont légitimement accumulé dans les Amériques et délocaliser leurs entreprises et leurs opérations en Kama."

En avril 2009, Raël, leader spirituel du Mouvement Raélien International, a lancé le projet Back to Kama comme étant la meilleure solution pour la paix et l’égalité sociale dans les Amériques et partout dans le monde. Selon Raël, le plan BTK ne résoudrait pas seulement la crise économique auxquels sont confrontées la plupart des nations de Kama, mais peut servir de "proposition la plus complète pour aborder et résoudre la question de la réparation de la traite négrière et l’exploitation de la colonisation, dont aucun n’a été reconnue comme un crime contre l’humanité. »

L’organisation estime que les gouvernements des deux côtés de l’Atlantique peuvent gagner beaucoup d’un continent Kama plus fort. Il est donc à encourager d’offrir des mesures incitatives pour les Afro-Américains et les autres descendants d’esclaves à créer des entreprises en Kama et y transférer leurs opérations dans des zones franches spécialisées.

« Profitons de cette opportunité pour qu’ensemble cette célébration de ce 151e Juneteenth soit celle de la liberté et le progrès de tous les êtres humains sur la planète terre, » conclut Kelvin Green.

Retrouvez Back To Kama sur Facebook sur http://www.facebook.com/BackToKama.org