Afrique

Raël applaudit la décision du tribunal ivoirien condamnant neuf femmes exciseuses à un an de prison


22 juil., 2012
 Aucun    Afrique

fgm_victim.jpeg

Pour l’excision d’une trentaine de fillettes dans le nord de la Cote d’Ivoire

Raël a félicité la justice ivoirienne de sa récente décision de condamner pour la première fois des exciseuses.

«L'excision du clitoris chez les femmes, constitue une mutilation sexuelle et doit être interdite», déclare Raël.

Cela fait des années que Raël affirme cette position.

En 2006, Raël lancait Clitoraid (www.clitoraid.org), une association qui se donne pour mission d'aider les femmes ayant subi des mutilations génitales à retrouver leur intégrité physique et leur dignité ainsi que leur capacité à éprouver du plaisir sexuel.

« Grâce à une procédure développée par le Dr Pierre Foldès, un chirurgien français, il est maintenant possible de réparer ce qui reste du clitoris mutilé», explique Mme Boisselier Ph.D., porte-parole du Mouvement Raëlien. «Nous terminons la construction d'un hôpital en Afrique et la mise en place de plusieurs cliniques en Amérique du Nord où des millions de femmes mutilées peuvent se faire opérer et être ainsi enfin apaisées ».

Les Raëliens de Cote d’Ivoire, par la voix du Guide National, le Guide Evêque Yves BONI, encourage la justice ivoirienne à plus de fermeté tant à l’endroit des exciseuses que des parents complices.

Par ailleurs, le Mouvement Raëlien de Côte d’Ivoire invite le gouvernement à intensifier la sensibilisation sur les méfaits de l’excision, à multiplier les projets de reconversion des exciseuses vers d’autres activités économiques et à subventionner la chirurgie réparatrice des victimes afin d’éradiquer définitivement ce fléau qui freine l’épanouissement des femmes, actrices incontournables du développement de l’humanité.